FPMEB
FEDERATION DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DE BELGIQUE
SECRETARIAT GENERAL : rue de Stalle 90 - 1180 BRUXELLES
Téléphone : (02) 376.44.97 - FAX : (02) 376.01.71 - Email : fpmeb.bvkmo@skynet.be

LES TRANSFERTS NORD-SUD S'ELEVENT A 5,7 MILLIARDS

UNE ÉTUDE DE LA KUL CONFIRME LES FLUX FINANCIERS VERS LA WALLONIE
    Le montant des «transferts» Nord-Sud était de 5,7 milliards d’euros en 2007, selon une nouvelle étude publiée par la KUL. La Wallonie reçoit ainsi l’équivalent de 1,7 % du PlB belge en provenance de la Flandre. Ces 5,7 milliards représentent 2,95 % du produit régional brut (PRB) flamand et 7,35 % du PRB wallon. Pour l’exprimer de façon caricaturale: chaque Wallon reçoit environ 1.650 euros par an de la part des Flamands. Chaque Flamand donne un peu plus de 900 euros aux Wallons.
    Selon la KUL, la Wallonie reçoit 33 % des dépenses fédérales alors que, via les recettes sociales et fiscales, elle apporte 28,2 % au «pot commun». A l’inverse, la Flandre obtient 57,3 % des dépenses fédérales alors qu’elle contribue à hauteur de 62,2 % à ses recettes. Il n’y a pratiquement pas de transfert avec la Région bruxelloise.

    CHÔMAGE WALLON
    Sans surprise, la Wallonie bénéficie surtout de la sécurité sociale (chômage, soins de santé, pensions) pour un total de 3,4 milliards d’euros. Le principal handicap wallon reste le niveau trop faible de l’emploi. Les dépenses fédérales pour les allocations de chômage sont proportionnellement plus importantes au Sud qu’au Nord. Surtout, le chômage implique des revenus plus bas. Les Wallons contribuent donc moins au financement fédéral via l’impôt. Les autres transferts Nord-Sud concernent principalement les salaires des fonctionnaires (854 millions) et la loi de financement (929 millions). Les francophones bénéficient du mécanisme de solidarité au profit des Régions les plus pauvres et de la dotation TVA aux Communautés.

    DÉBAT COMMUNAUTAIRE
    Cette étude de la KUL intervient en pleine négociation d’une réforme de l’Etat. Or, l’autonomie fiscale, la loi de financement et la responsabilisation des Régions — autrement dit les flux financiers entre les différentes entités du pays — sont au coeur des discussions.
    Basée sur une méthodologie affinée, cette étude de la KUL vient confirmer plusieurs autres travaux antérieurs, notamment de la Banque nationale ou des Facultés Notre-Dame de la Paix (Namur). En 2008, la BNB avait chiffré à 6,1 milliards le montant des transferts obtenus par la Wallonie: 5,85 milliards en provenance de Flandre et un peu plus de 200 millions de Bruxelles La BNB ajoutait deux données importantes.
    Un: l’importance des transferts Nord-sud se réduira à l’avenir par la seule démographie. La Flandre, où le vieillissement de la population est plus marqué, bénéficierait ainsi en 2030 d’un transfert de 0,5 % du PIB en matière de pensions et de soins de santé, principalement en provenance de Bruxelles. Les transferts seraient davantage diminués encore si l’écart actuel en matière d’emploi venait à se résorber.
    Deux: une comparaison internationale montre que les transferts en Belgique n’ont rien d’exceptionnel. Ils sont même moins élevés chez nous que dans d’autres pays. Exemple: les transferts entre les Länder allemands riches (Bavière, Bade-Wurtemberg...) et les plus pauvres (Saxe, Saxe-Anhalt...) sont nettement plus importants..

    Source : A.Nx
    www.econ.kuleuven.be/vives

    03.2011