TABLE RONDE SUR LE STATUT SOCIAL DES INDEPENDANTS


Dans un communiqué précédant les élections, nous avions attiré l'attention sur les discriminations dont étaient victimes les 364.000 pensionnés indépendants ayant une carrière mixte. Les pertes subies venaient du fait qu'ils ne recevaient que très partiellement la pension proméritée comme salarié ou appointé en fonction des cotisations versées dans ce régime à l'ONSS. Pour recevoir leur dû, ce n'est évidemment pas par l'intermédiaire d'un financement alternatif du régime des indépendants que cela doit se faire, mais bien par un financement alternatif éventuel du régime salarié.

Il est quand même inconcevable que ce soient ceux qui recoivent le moins qui soient encore volés.



PENSIONS POUR CARRIERE MIXTE :
DISCRIMINATIONS

A la veille des élections de mai 2003, nous avons posé les questions suivantes à plusieurs partis :

"La proposition 527 du MR envisage de "supprimer les discriminations à l'égard des indépendants ayant eu une carrière mixte"
Nous aimerions savoir :
  1. Pourquoi ces discriminations soit : pourquoi le pensionné indépendant ne peut-il pas bénéficier de sa partie de pension complète pro méritée pour ses activités de travailleur salarié ? Pourquoi ne peut-il obtenir aucune augmentation de ce qu'il perçoit pour cette partie de carrière ?
  2. Pourquoi un chômeur qui s'installe comme indépendant doit-il être discriminé alors qu'il prend son courage à deux mains pour ne plus dépendre des autres?
  3. Pourquoi un cadre qui voit une opportunité de reprendre une PME avec les risques que cela comporte et de laisser ainsi sa place à un autre doit-il perdre une grande partie de ses avantages en matière de pension et doit-il prolonger sa carrière d'un minimum de 5 ans et de beaucoup plus s'il est pré pensionné?
  4. 40% des petites entreprises sont créées par des chômeurs. Pourquoi voulez- vous leur faire subir des conséquences fâcheuses en matière de pension. Est-ce parce qu'ils vous échappent comme assistés sociaux?
  5. Ne vaut-il pas mieux un indépendant bien protégé qu'un chômeur ou minimexé à vie?
Nous vous serions surtout reconnaissant de nous faire savoir vos raisons de maintenir ces discriminations car elles nous échappent complètement."



Ce qui est incroyable, c'est la formule selon laquelle les " indépendants, même s'ils ont accompli une carrière mixte " doivent pouvoir bénéficier de la même pension que les autres.

On dirait que s'installer à son compte en créant son emploi et celui des autres est considéré comme une tare par les partis traditionnels. Il faut punir ces créateurs d'emplois.

Ceci me rappelle l'histoire d'un délégué syndical montois qui avait décidé de reprendre la fabrique de meubles de son frère décédé et de sauver ainsi une trentaine d'emplois. Ce fut le tollé chez les syndicalistes de la région d'Elio Di Rupo.
Passer de délégué syndical à patron pour sauver l'emploi, quel traître dégueulasse !
Eh oui, les syndicats et Elio Di Rupo ne sont pas là pour créer ou sauver des emplois mais pour s'en prendre à ceux qui le font parce qu'ils n'en créent pas assez malgré les syndicats et le parti socialiste.

Ce qu'il y a de grave, c'est que nous sommes toujours seuls dans notre combat pour la justice en matière de pension.

L'UCM et les autres organisations d'indépendants et patronales gouvernementales ignorent la réalité.

Elles ignorent, ou font semblant d'ignorer, que sur 499.547 pensionnés indépendants, 364.977 sont discriminés parce qu'ils ont une carrière mixte alors que la pension mensuelle moyenne dite nette avant impôt et cotisations sociales en 2001 était de 310,24 € soit 12.515 francs belges !




07.11.2003