Emploi et protection sociale

" Informations " sur l'emploi

Le Bulletin n°6 de 1984 de l'Institut économique et social des Classes moyennes expliquait qu'aux Etats-Unis, le nombre d'emplois depuis 1965 était en augmentation de 45 % soit de 71 millions à 103 millions dont la moitié depuis 1973.

De 1974 à 1984, l'Europe a perdu 3 millions d'emplois.

Tom Peters écrivait à ce propos dans " Vacature" des jeudi 10 et vendredi 11 janvier 2002 :
Lors d'un colloque du 19 novembre 2001, Madame Anna DIAMANTOPOULOU, commissaire européenne responsable de l'emploi et des affaires sociales, a expliqué que : Protection sociale

Elle poursuit en disant :
Le poids de la zone euro par rapport aux Etats-Unis

Les Etats-Unis avec une population de 275,7 millions d'habitants,
sur une superficie de 9,373 millions de km2 ,
avec un PIB de 9.719 milliards de dollars n'exportent que 782,4 milliards de dollars.

Ils sont donc beaucoup moins dépendants que la zone euro qui, avec une population de 292 millions d'habitants ,
sur une superficie de 2,363 millions de km2,
avec un PIB de 5.904 milliards de dollars exporte pour 925 milliards de dollars.

Le PIB par habitant est de 50% plus élevé aux Etats-Unis que dans la zone euro et le chômage n'est que de 60% de celui de la zone euro.

Ces simples chiffres aident à comprendre pourquoi le dollar gagnera toujours de la valeur par rapport à l'euro puisque la compétitivité des entreprises est également meilleure aux Etats-Unis.


Travail en Belgique : non merci !

Voir aussi : " Emploi et pognon "

Selon une étude d'Eurostat, près de 33% des Belges disent ne pas vouloir travailler.
Or, suivant les objectifs du sommet européen de l'emploi de Lisbonne de mars 2000, 70% des adultes européens doivent avoir trouvé un travail pour 2010. Ce qui veut dire qu'en Belgique, non seulement le chômage serait complètement résorbé mais que beaucoup de personnes devraient travailler alors qu'elles ne sont pas demandeuses puisque 32,9% des Belges refusent de travailler quelles que soient les conditions. Actuellement, 64 % des Européens mais seulement 60,2% des Belges travaillent.

Bonne chance pour les gouvernements qui devront faire travailler des Belges qui refusent de travailler et qui bénéficient d'allocations sociales tout à fait privilégiées pour les non travailleurs par rapport au reste de l'Europe et par conséquent du monde.


Jean SOLÉ
Président FPMEB
05.02.2001