SECOUSSES ET ERREURS DU MR


Que le MR ait été en léger recul aux élections de juin 2009 était plutôt inattendu. Pourtant, la chute prévisible, elle, du parti socialiste se ferait essentiellement au profit d’écolo. Très rares sont les gauchistes adultes qui virent à droite. Si le MR s’est bien comporté à Bruxelles, c’est essentiellement dû au FDF qui, comme il le dit lui-même, présente pour la population une fibre très sociale.
La confrontation à la télévision entre Elio di RUPO et Didier REYNDERS a tourné à l’avantage du premier parce que le second n’a pas su répondre correctement et donc de façon convaincante et intelligente à l’affirmation d’Elio di RUPO « Le socialisme, c’est la sécurité sociale » ou « Le MR va provoquer un désastre social » alors que la Wallonie socialiste est déjà un désastre social socialiste.. Il y avait pourtant beaucoup à répondre à cette affirmation mais Didier REYNDERS est resté à quia. Dire que le résultat des élections a été influencé par l’annonce de Di RUPO du refus de négocier avec le MR est inexact. Tous les électeurs s’en fichaient, sachant que ce genre de propos n’a aucun sens dans la bouche de politiciens chevronnés. Immédiatement après les élections Didier REYNDERS aurait dû démissionner de son poste de président afin que le MR arrive vierge aux négociations régionales et communautaires. Croire que les écolos auraient pu s’allier au MR en compagnie du CDH était complètement innocent compte tenu de l’aile communiste particulièrement Hennuyère des écolos et de l’entente entre Joëlle MILQUET et lui.