INTELLIGENCE ET JUSTICE


LES TESTS D’INTELLIGENCE ET LA PENSEE RATIONNELLE
D’après un article de Keith E.STANOVITCH dans la Libre Belgique du 14 avril 2009.

Les recherches menées dans son propre laboratoire montrent qu’il y a des différences individuelles systématiques entre la capacité de jugement et la capacité de prendre des décisions rationnelles. Les scientifiques comme les gens ordinaires estiment que la pensée rationnelle inclut la capacité de jugement et le processus de décision--- le type de raisonnement qui nous aide à atteindre nos objectifs. Pourtant, l’évaluation de cette faculté est totalement absente des tests de mesure de l’intelligence et la pensée rationnelle en est totalement dissociée.

Les psychologues ont étudié les principales erreurs de raisonnement et ont identifié la tendance à évaluer les probabilités de manière incohérente, à trop faire confiance à une connaissance toute faite, à ignorer les hypothèses alternatives, à évaluer les données dont on dispose avec un préjugé en sa propre faveur, à afficher des préférences incohérentes en raison du « framing effect » (effet de l’influence), à accorder une importance excessive au bénéfice à court terme au détriment du bien-être à long terme, à décider en fonction d’un contexte qui n’a rien à voir etc. Tous ces errements ne sont pas étudiés dans les tests d’évaluation du QI.
Il fut donc construire un test d’intelligence rationnelle pour évaluer les tendances à se laisser diriger par l’émotion plutôt que par la logique, par l’objectivité et par le corporatisme qui font des ravages dans les corps médicaux et judiciaires.

L’intelligence émotionnelle

On peut donc estimer que les erreurs de jugement et l’incapacité d’appliquer les conclusions auxquelles on devrait arriver sont dues à la force des émotions. Rafal NACZYK dans « Références » n° 16 de 2009 essaie d’utiliser de manière positive la force des émotions en entreprise vantée par Ilios KOTSOU dans son livre publié par DE BOECK en 2008. Il faut savoir, comme tout bon politicien, qu’il est très utile d’utiliser la force émotionnelle des gens plutôt que de leur présenter un programme valable et crédible.

L’empathie d’entreprises sachant utiliser l’intelligence émotionnelle provoque des émotions contagieuses qui font réagir de la manière voulue les employés et les clients. En fait, l’intelligence émotionnelle est donc celle de celui qui fait réagir les gens émotionnellement au lieu d’objectivement. Regardez GAIA et ses animaux, les illégaux, leurs enfants martyrs et leurs grèves de la faim, le corporatisme des corps judiciaires et l’influence des ténors du barreau sur les jurys, la faiblesse des femmes, principalement, qui maîtrisent moins bien leurs émotions.

Il faudrait donc, surtout dans le domaine de la justice, arriver à réduire et à éviter complètement « La force des émotions ».

Un exemple
Madame GEUBEL S. ancienne présidente du tribunal de 1ière instance est une personne très émotive et corporatiste. M’étant présenté devant elle pour un dossier TVA peu important et ne nécessitant pas l’assistance (?) d’un avocat, elle me demanda deux fois de prendre un avocat ou bien elle serait obligée de me donner tort. Elle était tout à fait incompétente et craignait sans doute de le montrer à un profane. Elle demanda à plusieurs reprises des explications à propos de la TVA à l’avocat de la TVA et refusa que j’établisse ces notes. Pourtant à la sortie de l’audience, cet avocat, reconnaissant sa propre incompétence, me demanda de les rédiger ce que je fis. Elle présenta ces notes sans se gêner comme des conclusions additionnelles. Elle dut malheureusement pour elle me donner raison partiellement au principal parce que la TVA reconnaissait elle-même ses torts et déclarer la demande reconventionnelle de la TVA irrecevable parce qu’autrement elle aurait dû la condamner sur le fond tant elle ne tenait pas debout. Suivant ses émotions, elle réduisit donc de façon tout à fait incompétente la demande principale et, très émotionnée, malgré qu’elle avait du reconnaître ma firme doublement gagnante, elle la condamna à payer tous les frais de justice y compris l’indemnité de procédure de la partie succombante. Ce fait d’arme provoqua sa promotion immédiate de conseillère à la Cour d’Appel de Bruxelles.

Jean Solé
avril 2009



PROSEC
PROpreté, de l'air et du sol, lutte contre le bruit
SECurité, convivialité, écoute, citoyenneté
Lutte contre le bruit et pour bénéficier d'un environnement sain à tous points de vue
Rue de Stalle 90 à 1180 BRUXELLES - Tel. : 02/376.44.97 - Fax : 02/376.01.71
Ecrivez-nous : Email : prosec@skynet.be