DELEGATIONS SYNDICALES

Signalons d'abord que des délégations syndicales peuvent se créer dans toutes les firmes, contrairement à ce qui se passe dans les pays socialistes.

La directive européenne de mars 2002 ne demande rien aux PME indépendantes et il n'y a de demandes internes que de manière très minoritaire. Il faudrait d'ailleurs que les syndicats signalent quel pourcentage de travailleurs des PME payent d'eux-mêmes une cotisation syndicale et souhaitent une délégation syndicale gouvernementale car les syndicats ne sont pas libres en Belgique.

Beaucoup de journalistes confondent représentation des travailleurs et représentation syndicale illégale puisque celle-ci n'est pas libre en Belgique, contrairement aux conventions européennes des droits de l'homme.
Vous pouvez consulter notre site www.fpmeb-bvkmo.be ou notre livre à ce propos.

La représentation illégale de syndicats obligatoires imposés par le gouvernement entraîne d'énormes contraintes et des délais de préavis d'un délégué syndical allant jusqu'à 8 ans et quatre mois. Ces délégués irresponsables et intouchables deviennent ainsi les véritables dirigeants de l'entreprise. De plus, dans ce cas et, contrairement aux conventions européennes des droits de l'homme, les syndicats exigent que les primes syndicales soient payées par les patrons et récoltées par l'Onss avec couverture par le gouvernement pour n'être ainsi distribuées qu'aux syndicats gouvernementaux.

Accidents de travail
Il faudrait mettre une sourdine quant aux accidents de travail dans les PME. Il faudrait d'abord séparer accidents de travail et accidents de la circulation, ensuite séparer sédentaires et mobiles ; ce ne sont évidemment pas les employés et ouvriers de banque et de compagnies d'assurances qui sont les plus exposés.


Jean Solé,
Président

13 mai 2003